Chorégraphie : Chantal Loïal,
Delphine Bachacou : assistante chorégraphique
Sandra Sainte Rose Frangine : co-chorégraphe – format défilé de rue
Ceïba : compositrice – format défile de rue
Gabriel Majou et Gaëlle Amour : compositeurs – format bal

Ce projet réunira au total, près de 25 artistes et techniciens, athlètes du spectacle vivant.

  •  Un bal : « Bakannal Bal » | 2023
  • Un défilé de rue : « Bakannal Parad » | 2024
  • Une pièce au plateau : « Bakannal Ballet » | 2025
  • Une conférence dansée

Dans le cadre du prochain projet chorégraphique de la compagnie Difé Kako, Chantal Loïal s’empare d’un « incontournable de la culture antillaise » : LE CARNAVAL.

Le Carnaval est une période de divertissement pendant laquelle l’ordre établi et la distribution des rôles sont renversés. Le roi devient un humble habitant, le mendiant est sacré roi du Carnaval, chacun se promène masqué ou grimé, et se cache derrière son masque pour faire ce qui lui est interdit en temps normal. Les conventions et les règles sociales sont modifiées, bousculées et oubliées pendant le Carnaval.

« Bakannal Ballet » est un projet fédérateur, ambitieux et innovant. Il s’appuie sur un travail approfondi de documentation et d’échanges avec les acteurs locaux de chaque territoire pour en faire ressortir la richesse et la diversité des traditions carnavalesques : danse, musique, arts plastiques et traditions culinaires…

« Bakannal Bal », bal carnavalesque : masqué, démasqué | Création 2023

Les publics seront invités à apprendre des danses issues des recherches sur les carnavals des différents territoires et des recherches sur les danses de combat, accompagnés par des musiciens en direct développant un répertoire de compositions originales et créolisées. La musique comme les danses seront nourries du répertoire des Touloulou (bal guyanais) comme des bals masqués de Venise. Les publics deviendront aussi spectateurs, face aux performances dansées, sportives et musicales des équipes de la compagnie Difé Kako.

« Bakannal Parad », défilé de rue carnavalesque | Création 2024

Le carnaval est notamment politique, du fait de son histoire coloniale. Par le biais de la réappropriation, il a permis à des cultures nouvelles, en particulier les cultures créoles, de se montrer dans l’espace public, d’exprimer tous les traumatismes historiques liés à l’émergence de ces cultures, d’affirmer leurs identités, individuellement et collectivement, et cela sous la forme performative et spectaculaire.

Revendiquer son afro-descendance au cœur de l’espace public reste en 2022, une forme de lutte et une forme de revendication.

Découvrez le teaser de Bakannal Ballet

Découvrez nos webinaires en lien avec Bakannal Ballet

Replay complet du webinaire du samedi 12 février 2022 intitulé : « Les corps en mouvement dans le carnaval : codification ou transgression ? ».

En marge du processus de création 2020 – 2025 de « Bakannal Ballet », la prochaine pièce de la compagnie Difé Kako, Chantal Loïal (directrice artistique & chorégraphe) invite des intervenant•e•s de différents territoires pour échanger en visioconférence autour de la notion des corps en mouvements durant les festivités carnavalesques. Cette première table ronde virtuelle avait pour but de déplier la notion de mouvement de manière globale qui traverse les festivités carnavalesque des Outre-Mer à l’Europe. Partant du constat que le carnaval répond aux fondamentaux du mouvement (nommé chez les danseurs : espace, temps, relations, énergie), il paraissait pertinent d’ouvrir cette série de rencontres avec cette thématique.